PSA Peugeot Citroën sait encore faire de (très) bonnes voitures, malgré tout

La nouvelle PeugeoLa nouvelle Peugeot 308 affiche un comportement routier remarquable, quels que soient la saison et l'état de la route, sans doute le meilleur de la catégoriet 308 affiche un comportement routier remarquable, quels que soient la saison et l’état de la route, sans doute le meilleur de la catégorie
Share
0

Alain-Gabriel Verdevoye | 28/10/2013, 17:06 – 964 mots

Le constructeur automobile tricolore en crise inaugure ce mardi une ligne de fabrication de petits moteurs tricylindres à essence, sobres et peu émetteurs de CO2. PSA jouit d’atouts technologiques de premier plan. Sa dernière berline compacte Peugeot 308, sur une toute nouvelle plate-forme allégée, témoigne de son savoir-faire en matière de moteurs, de trains roulants…

Philippe Varin, patron du groupe PSA inaugure, ce mardi 29 octobre, la toute nouvelle ligne de production des petits moteurs trois cylindres turbo (essence), promis très sobres et peu émetteurs de CO2, à Douvrin (Pas-de-Calais). Cette gamme de moteurs sera également fabriquée à Trémery (Moselle) à partir de 2015.

Du « made in France » garanti. Une nouvelle famille de motorisations diesel d’entrée et de milieu de gamme est par ailleurs en cours de développement pour 2017-2018. Ce projet comprend un premier module de production d’une capacité de 640 000 unités par an, également à Douvrin. En 2018, un second module sera installé sur le site de Trémery.

PSA Peugeot Citroën investit donc dans les nouvelles technologies, malgré la profonde crise dans laquelle il est englué et les incertitudes pesant sur son avenir. En mal d’argent frais, qui l’oblige à négocier avec le chinois Dongfeng après son alliance décevante avec GM,  le constructeur français dispose encore,  toutefois, de plusieurs atouts technologiques indéniables pour rebondir. Il reste le champion toutes catégories du dépôt de brevets en France. Et il sait faire de très bonnes voitures, telle la toute dernière berline compacte Peugeot 308.

Des trains roulants remarquables

L’un des pionniers de l’automobile mondiale, qui a écrit l’une des plus belles pages de l’histoire avec des modèles emblématiques comme les Citroën Traction (1934), 2 CV (1948) et DS (1955), mais aussi l’aérodynamique Peugeot 402 (1935), les robustes 203 (1948), 403 (1955) et 404 (1960), la première traction avant compacte française 204 (1965), conserve ainsi les meilleurs ingénieurs mondiaux pour la mise au point des trains roulants des véhicules, du moins parmi les constructeurs généralistes. Et ce, de l’avis général des experts.

La dernière plate-forme « EMP 2 » pour modèles compacts, familiaux voire haut de gamme, constitue une vraie réussite. La Peugeot 308 – que nous avons essayée dans d’épouvantables conditions météo – affiche ainsi un comportement routier remarquable, quels que soient la saison et l’état de la route, sans doute le meilleur de la catégorie. Avec un niveau de sécurité et un agrément difficilement égalables dans le segment. Cette plate-forme, allégée de 80 kilos par rapport à l’ancienne, est également vouée à une destinée mondiale, puisqu’elle sera  industrialisée aussi en Chine dès l’an prochain.

Excellents diesels

A cette tradition de savoir-faire sur les châssis s’ajoute une excellence reconnue dans les moteurs à gazole. PSA en est aujourd’hui le deuxième producteur mondial (derrière Volkswagen) en collaboration avec Ford. Son récent 1,6 e-HDi de 115 chevaux est sans doute la mécanique la plus homogène de sa catégorie avec un « Stop and Start » (arrêt et redémarrage automatiques du moteur au feu rouge via un alterno-démarreur) co-développé avec Valeo, qui apparaît comme le plus efficace à ce jour.

Sur une berline 308, les consommations sont très basses: six litres aux cents en parcours mixte routier et citadin, ce qui n’est pas beaucoup pour un tel véhicule. Entre 1999 et 2012, PSA a produit 19 millions de moteurs diesels HDi à rampe commune, dont 6,55 millions dotés du fameux filtre à particules, dont le groupe fut l’initiateur.

De fort bonnes performances en matière d’émissions

En matière d’émissions moyennes de CO2, PSA apparaît fort bien placé. Il se situe aux tout premiers rangs en Europe avec les rejets parmi les plus faibles. La marque Citroën était ainsi en deuxième position pour les plus bas rejets de gaz à effets de serre, selon les derniers chiffres publiés par la Commission européenne et  l’Agence européenne de l’environnement. Si les Fiat rejettent en moyenne 118,3 grammes de CO2 au kilomètre, les Citroën en sont à 125,7, devant les Toyota à 126,2. Les allemands sont, eux, loin derrière.

Pas mal, même si le poids des petites voitures dans les ventes de PSA explique en partie ces résultats! Rappelons que la réglementation européenne prévoit en principe une moyenne d’émissions de 95 grammes… d’ici 2020. PSA a écoulé, en 2012, 717.100 véhicules à basses émissions, soit moins de 120 grammes de CO2 (810.000 véhicules en 2011).

Petits moteurs à essence sobres

Roi du diesel, qu’il fut le premier avec Mercedes à populariser sur des voitures de tourisme dans les années 50 et 60, PSA a commencé à livrer en juillet 2012 ses premières 208 équipées du nouveau mini-moteur à essence trois cylindres (sans turbo), capable de rivaliser en termes de consommations et d’émissions avec les tout derniers petits blocs de Volkswagen et Ford (PSA et Ford coopèrent dans les diesels mais pas dans les motorisations à essence). C’est ce moteur – en version turbocompressée  nettement plus dynamique – dont Philippe Varin inaugure les chaînes de production ce mardi.

Des retards coté hybrides

PSA est le premier constructeur dans le monde à avoir développé des voitures hybrides (thermiques-électriques) diesel, rejetant moins de 100 grammes de CO2 au kilomètre. Une belle performance pour une Peugeot 3008 Hybrid4 4×4 de… 200 chevaux. Malheureusement, le développement de véhicules hybrides essence-électriques pour les marchés extra-européens, voire des hybrides rechargeables, a pris du retard.

Les premiers clients d’Hybrid4 ont reçu leur véhicule début 2012. Des véhicules chers (35.950 euros pour une 3008 Hybrid4 émettant 88 grammes), mais plus démocratiques que les véhicules hybrides (à essence) des constructeurs allemands à ce jour (sauf la Volkswagen Jetta).

Des spécialités en vue

PSA a également à son actif quelques spécialités reconnues comme les monospaces ou dérivés, tel le Peugeot 3008 (108.300 ventes en 2012) et sa version longue 5008 (52.500) ou le Citroën C4 Picasso qui vient d’être renouvelé (82.900 en 2012). PSA reste aussi un bon constructeur d’utilitaires légers et de leurs dérivés « ludospaces » (139.800 Citroën Berlingo et 149.800 Peugeot Partner écoulés en 2012).

Le groupe fait aussi très fort dans les petits « Crossovers » (modèles à allure de 4×4 mais à simple traction avant) comme le 2008 de Peugeot qui remporte un franc succès. En revanche, faute d’argent, PSA semble abandonner le créneau des coupés-cabriolets (206CC, puis 2077CC, 308 CC) dont il fut l’inventeur (avec Mercedes)dommage

Publicités

French

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s