On déconstruit la France ! | Valeurs Actuelles

 

 

Le droit de propriété existe-t-il encore ? La question mérite d’être posée après que Cécile Duflot, la ministre du Logement, a brandi la menace de réquisition de logements vacants à l’approche de l’hiver. Cette interrogation est d’autant plus justifiée après que toutes les radios et télévisions ont rappelé, le 31 octobre, que les locataires ne payant pas leur loyer ne sauraient être expulsés pendant toute la durée de la “trêve hivernale”, qui a débuté le 1er novembre.

 

Comme si “faire un bras d’honneur” à son propriétaire était devenu, dans la France de l’après-6 mai, une sorte d’acte citoyen.

 

Ce n’est pas un hasard si toutes les incitations à braver la loi se conjuguent depuis six mois. La gauche semble avoir oublié que même le socialiste Proudhon écrivait, il y a presque deux siècles : « La propriété peut être considérée comme le triomphe de la liberté. Elle est destinée à devenir, par sa généralisation, le pivot et le ressort de tout le système social. »

 

Lentement, mais sûrement, la nouvelle majorité au pouvoir s’attaque à toutes les valeurs qui font une société. Qui servent même de précieux remparts à notre civilisation. La famille, d’abord. Elle est menacée de mort par le projet de loi, qui devait être examiné ce 7 novembre en Conseil des ministres, sur le mariage homosexuel – curieusement appelé “mariage pour tous” ! Progressivement les Français prennent conscience que dans ce texte inepte, c’est la disparition du père et de la mère qui est inscrite. Les enfants qui vont naître l’année prochaine n’auront plus droit qu’à un parent 1 et à un parent 2. Triste société que celle qui détruit la cellule familiale où s’apprennent tous les repères et les codes de ce que les socialistes appellent le “vivre ensemble”.

 

Mais s’il n’y avait que cette absurdité… Les socialistes, dont beaucoup sont encore marqués du sceau de Mai 68, ont entamé un véritable travail de sape de la société. La Patrie a-t-elle encore un sens pour eux ? Lorsqu’il est question d’instituer une journée nationale du souvenir le 19 mars, date anniversaire du cessez-lefeu de la guerre d’Algérie. Lorsque le président de la République piétine la Nation en affirmant, à l’occasion de la commémoration de l’horrible rafle du Vél d’Hiv, qu’il s’agissait « d’un crime commis en France, par la France ». Alors qu’au moment de ces événements, le coeur de la France combattante battait déjà à Londres depuis deux ans. Ou encore lorsque le même François Hollande travestit ce qui s’est passé le 17 octobre 1961 lors d’une manifestation d’Algériens à Paris. Dans le seul but de donner des gages au président algérien à qui il ira rendre visite dans quelques jours.

 

Et que dire de la ministre de la Justice, garde des Sceaux de la République, qui, alors qu’elle était interpellée sur l’attitude de quelques sauvageons qui avaient brûlé le drapeau français – ce qui constitue un délit sévèrement puni par le code pénal – , avait déclaré benoîtement : « Il faut bien que jeunesse se passe » ? La même ministre, Christiane Taubira, est d’ailleurs décidée à remettre en cause une autre valeur fondamentale de notre société, la justice, en cherchant à vider les prisons et à vanter ce qu’elle appelle “le milieu ouvert” ou la “semi-liberté”. Drôle de manière de lutter contre la délinquance et de rappeler à une jeunesse privée de repères la différence entre le bien et le mal.

 

Enfin, il y a le travail, valeur fondamentale de toute société par laquelle n’importe quel individu trouve le moyen de s’accomplir. Eh bien, non, cette nouvelle majorité considère, elle, que le travail est une forme d’asservissement dans un monde qui serait dominé par la finance (toujours cette haine des riches et de l’argent) et par quelques investisseurs, voire des spéculateurs. L’une des premières mesures, prise en juillet dernier, a donc consisté à refiscaliser les heures supplémentaires, qui constituaient un “ballon d’oxygène” pour des millions de salariés, dont le pouvoir d’achat était bridé depuis la mise en place des 35 heures.

 

Et comme si tout cela ne suffisait pas pour “déconstruire” progressivement le pays, ses valeurs, ses racines et son histoire, la gauche voudrait que les manuels de littérature soient réécrits de manière que chaque collégien apprenne que Rimbaud était homosexuel avant d’être un immense poète. Ou que les étrangers puissent voter de la même manière que les Français lors des prochaines élections locales. Ce qui est une curieuse façon de défendre l’égalité citoyenne et de lutter contre les communautarismes. Que de mal fait en six mois ! Combien de piliers de notre civilisation se retrouvent ébranlés sous prétexte de “changer la vie” ? Si au moins, ce gouvernement piloté comme un “bateau ivre” relisait le philosophe Gustave Thibon, disciple de Simone Weil, qui écrivait si justement : « La société devient enfer dès qu’on veut en faire un paradis. Yves de Kerdrel

 

Photo © Patrick Iafrate

 

 

Publicités

Une réflexion sur “On déconstruit la France ! | Valeurs Actuelles

French

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s