Les grosses lopettes socialopes porteuses de valises du FLN

Allez li prisédent ti l’embrasse mon drapeau   Nadine ze Bouc t’en meurs d’envie

sinon j’ti fi ramasser la savonette  Artaï !

Mais où il est Manouel Valls, Manouel, Manouel au secours !

.

Les grosses lopettes socialopes porteuses de valises du F.L.N. pendant la guerre d’Algérie, se prosternent en bon dhimmis eunuques aux victimes de la «sanglante répression» du 17 Octobre 1961 à Paris.

 

 

«En reconnaissant la responsabilité de l’Etat et en rendant hommage aux « victimes » de la manifestation interdite du 17 octobre 1961, Grollande s’est comporté en bon porteur de valises, non en président de tous les Français.

D’autant plus que, pour les historiens de métier, les prétendus « massacres » du 17 octobre 1961 constituent un tel exemple de manipulation qu’ils sont étudiés comme un cas exemplaire de fabrication d’un mythe ; comme Timisoara en Roumanie, comme les « couveuses » au Koweit ou encore comme les « armes de destruction massive » en Irak !!!

Grollande zamèle kbire, tahann, artaï, ben artaï ! Ta mouqaire et ta méma sont des kerbas kbires.

.

Tout repose en effet sur des chiffres gonflés ou manipulés et sur des cadavres inventés. Dans une inflation du nombre des morts, les collabos du FLN algérien et les porteurs de valises socialo-communistes ont ainsi joué sur les dates, additionnant aux 3 morts avérés du 17 octobre ceux des jours précédents ainsi que les décès postérieurs. Pour eux, tout Nord Africain mort de mort violente durant le mois d’octobre 1961 est forcément une victime de la répression policière…même les victimes des accidents de la circulation.

 

Les socialopes ont toujours préféré les étrangers aux français. Surtout s’ils sont musulmans et algériens.

Ce mois d’Octobre aura vu la vermine socialope déployer un zèle hors du commun pour lécher les babouches des représentants de la dictature algérienne.

Normal, la racaille rose a historiquement toujours trahi le peuple français.

On vous raconte le 17 octobre 1961 et vous les croyez :

 

« Ce fut un « massacre », une hécatombe de corps, 300 Algériens assassinés et 2300 blessés. Vraiment les forces de l’ordre parisiennes ont fait fort, les mains des gardiens de la paix ensanglantées, des gendarmes mobiles noyés dans le sang de nos arabes, des CRS et des forces auxiliaires de Harkis, sont couvertes de sang à jamais ».

« Pendant deux jours et deux nuits la Seine devenue rouge de sang deversa le sang de nos algériens massacrés par la haineuh des nazis policiers ».

Il ne manque plus que les mensonges d’Elie Wiesel sur la shoahnanas.

Il est de notre devoir, à nous journalistes présents sur les lieux, de rétablir la vérité quand elle est évidente et incontestable.

 

À l’époque j’appartenais à la rédaction du quotidien « L’Aurore » et j’ai enquêté dès le lendemain auprès de la morgue et des services hospitaliers, également auprès des établissements et des riverains qui longeaient la Seine. J’ai accompagné le colonel Raymond Montaner, commandant de la Force Auxiliaire des Harkis de Paris, dont le rôle principal était la protection des Algériens de la région parisienne contre les exactions du FLN, qui a enquêté en compagnie de ses deux adjoints le capitaine de Roujoux et le lieutenant Champsavin et voici le résultat absolument vérifiable de ses conclusions :

les victimes du FLN finissaient égorgée décapitées dans d’incommensurables souffrances

aucune repentance pour dénoncer ces crimes immondes par la socialoperie du P.S.

 

Il n’y eut cette nuit du 17 octobre aucune intervention anormale des pompiers parisiens, ni de police secours, ni de la croix rouge, ni d’aucun service d’ambulance.

Aucun service d’urgence des hôpitaux de Paris et de la banlieue n’a reçu un afflux anormal de blessés. 2300 blessés en une seule nuit cela laisse pourtant des traces, non ? Toutes les urgences et même les cliniques privées auraient dû être totalement débordées. Où sont donc passés ces 2300 blessés ? Disparus comme par magie ! Il paraîtrait qu’ils auraient été jetés dans la Seine en même temps que les 300 morts ! L’enquête auprès des barrages en aval de Paris n’a révélé aucune découverte de noyés. Pourtant 300 corps ne se dissolvent pas dans l’eau de la Seine. Les berges sur des kilomètres auraient dû être parsemées de cadavres mais aucun riverain n’en a signalé !!

La réalité est tout autre. En vérité il n’y eut au cours de cette nuit du 17 octobre que 7 morts, dont 2 seulement sont imputés aux forces de l’ordre, Achour Belkacem et Amar Malek, tous deux agents du FLN. Les 5 autres morts sont 4 Algériens et un Français, Guy Chevalier.

sartres et camus deux autres enculés porteurs de valises du FLN

 

Voilà le bilan exact de ce « massacre » du 17 octobre 1961.

En revanche voici un autre bilan qu’il ne faut pas laisser sous silence mais dont on ne parle jamais : entre janvier 1955 et juillet 1962, les groupes armés du FLN ont assassiné, en France, plus de 6.000 Algériens, tués par balles, strangulation, égorgement. Également 9.000 cas de mutilations (ablation du nez, des oreilles, des lèvres) soit une moyenne de 5 tués ou blessés par jour, pendant 7 ans !

 

Au cours de ces 7 années il y eu en métropole, 120 gardiens de la paix et 150 civils français assassinés.

Il faut que cela se sache : il y avait la guerre en Algérie mais il y avait également la guerre en France métropolitaine.

Malheureusement la très grande majorité du peuple français qui n’a pas vécu ces évènements ignore la vérité qui est souvent déformée et parfois même occultée.

Quand donnera-t-on enfin la parole à ceux qui peuvent apporter la contradiction à ces menteurs qui salissent l’histoire de la France ?

Manuel Gomez

Porteur de valise à la gay pride

Lire également :

Le texte de Bernard Lugan sème le trouble par rapport à la vérité officielle :

… Contre les affirmations  des complices du FLN et des auteurs militants, les archives de l’Institut Médico Légalde Paris, la Morgue, sont pleines d’enseignements.

Le Graphique des entrées de corps « N.A » (Nord-africains) par jour. Octobre 1961, nous apprend ainsi que du 1° au 30 octobre 1961, 90 corps de « NA » , Nord-africains selon la terminologie officielle de l’époque, sont entrés à l’Institut médico légal, la plupart étant d’ailleurs des victimes du FLN…

.

Le 17 octobre, alors que se déroulait  dans Paris un soi-disant massacre, l’Institut Médico Légal n’a enregistré aucune entrée de corps de « NA ».

Et pour cause, le 17 octobre 1961, de 19h30 à 23 heures, une seule victime fut à déplorer dans le périmètre de la manifestation, et ce ne fut pas un Algérien, mais un Français nommé Guy Chevallier, tué vers 21h devant le cinéma REX, crâne fracassé et dont rien ne permet de dire que ce fut par la police.

En dehors du périmètre de la manifestation  « seuls » 2 morts furent à déplorer,  Abdelkader Déroues tué par balle et retrouvé à Puteaux et Lamara Achenoune étranglé gisant dans une camionnette, également à Puteaux.

(image tirée du film La traversée de Bab Bel Oued avec Sidi Ben Gabin et Ahmed Bourvil)

Comme Rocard et tous les socialauds nous sommes porteurs de valises du FLN algérien

Le réseau Jeanson était un groupe de militants français, agissant sous les directives de Francis Jeanson, qui opéra en tant que groupe de soutien du FLN durant la guerre d’Algérie, principalement en collectant et en transportant fonds et faux papiers.

l’ignoble traître Jeanson porteur de valises zèlé

Les porteurs de valises

 

Le rôle principal du réseau consistait à agir en tant que cinquième colonne en collectant et en transportant des fonds et des faux-papiers pour les agents du FLN opérant dans la métropole, d’où leur surnom de « porteurs de valises ». La plupart de ses membres proviennent du monde médiatico-intellectuel, rassemblant chrétiens de gauche, trotskistes, syndicalistes et communistes.

La DST a connaissance relativement tôt des agissements du réseau, mais celui-ci est protégé en haut lieu par le garde des Sceaux lui-même, cette ordure d’Edmond Michelet que l’église pouriie et corrompue de France veut béatifier.

Le réseau est finalement démantelé en février 1960 et son procès s’ouvre le 5 septembre 1960. Six Algériens et dix-huit Français sont inculpés. Ils seront défendus par vingt-six avocats dont, le plus en vue, Roland Dumas s’efforcera de faire durer la procédure et de ridiculiser le tribunal. Cette stratégie s’averra payante auprès de l’opinion publique. Quinze des inculpés sont condamnés le 1er octobre à dix ans de prison, maximum de la peine ; trois sont condamnés à cinq ans, trois ans et huit mois. Neuf sont acquittés.http://bernardlugan.blogspot.fr/2011/10/mensonges-et-manipulation-propos-de-la.html

Des intellectuels pourris et collabos de gauche, avec le Manifeste des 121, apportent leur soutien aux porteurs de valises.

Cette ordure de Jeanson a toujours trahi la France, il justifie son attitude par la fidélité aux idéaux sur lesquels doit s’appuyer cette même communauté algérienne vivant en France. En fuite à l’étranger il est jugé par contumace en octobre 1960. Il est, lors de ce procès, reconnu coupable de haute trahison et condamné à 10 de réclusion criminelle. Il est amnistié par de Gaulle au bout de 6 ans en 1966.

 

je suis sourd à vos allégations facistes, je suis le défenseur du FLN algérien

 

Soit du 17 au 21 octobre, 7 morts, dont deux seulement peuvent être imputés aux forces de police. Nous voilà bien loin des 300 morts avancés par certains…

Ces chiffres prennent toute leur signification si nous nous reportons au début du mois d’octobre.

Ainsi, entre le 1er et le 3 octobre, 24 corps de « N.A » entrèrent à l’IML, victimes de la guerre inexpiable que le FLN menait contre ses opposants partisans de l’Algérie française ou du MNA de Messali Hadj.

Pour mémoire, de janvier 1955 au 1er juillet 1962, les tueurs du FLN assassinèrent en France métropolitaine 6000 Algériens et en blessèrent 9000.

 

Pour mémoire encore, le 26 mars 1962, devant la Grande Poste de la rue d’Isly à Alger, les forces de l’ordre ne firent pas preuve de la même retenue que le 17 octobre à Paris quand elles ouvrirent directement le feu sur une foule de civils français non armés, faisant entre 70 et 80 morts et 150 blessés. Sur ces victimes, réelles celles-là, la mémoire sélective a jeté le voile de l’oubli.

Tout le texte est sur le blogue de Bernard LUGAN :

 

Ben quoi ? qui c’est qui va nous enculer si c’est pas nos arabes ?

Paris : Uns stèle en hommage aux victimes de l’OAS

Donc en l’espace de quelques jours les socialopettes ont organisé des cérémonies en l’honneur des égorgeurs du FLN.

Avec bien entendu son lot de discours gluants de culpabilisation et d’auto flagellation.

Pour commencer Tata Delanoé, le pédaloïde amateur de jeunes magrebites a inauguré le 6 octobre une stèle en l’honneur des victimes de la haineuh de l’Oas.

.

.

Il y a avait là tout ce que compte la ville de Paris de salopes collabos et autres pourritures affairées à trafiquer avec les généraux corrompus d’Alger.

Le 17/10 c’est Mimolette   président de francarabia qui pour sa première sortie officielle après sa désignation par la primaire des socialopes est allé commémorer les pauvres fellaghas victimes du métro Charonne.

Moi je suis la voix de mon maître Tonton François je fais tout comme lui

car j’ai pas de charisme ; c’est ma concubine qui me l’a dit, heu.. heu..

 

Imitant son modèle Mitterrand il a jeté une rose dans la Seine. Et s’est empressé de promettre une fois élu une repentance officielle de la France.

Ce fut le défilé des bonnes consciences à l’indignation sélective car toutes se gardent bien de rendre hommage aux dizaines de milliers de victimes des assassins FLN qui ont génocidés des milliers de harkis et de pieds noirs.

Ne doutant de rien ces racailles gauchistes ont même mis une pétition en ligne.
Une belle brochette de collabos, parasites sociaux et autres renégats.

Notez y a un avantage ! Ces cons de collabos établissent eux mêmes leur liste sur ce site de porteurs de valises

 

http://www.mediapart.fr/petition_all/12?by=name&new_limit=0

Que toute cette engeance rosâtre soit un ramassis de traitres, vendus et collabos islamophiles ceci n’est guère surprenant, mais on notera aussi le courageux silence des lopettes Ump.

Courage Fuyons Fillon

 

Quand il faut s’enfuir ces guignols répondent toujours présents. Courage fuyons

Dans les deux cas de figure nous avons droit à la version de l’histoire labellisée FLN via l’infect gros tas visqueux Benjamin Stora, autre grand profiteur des largesses de la dictature bouteflikiste.

Le FLN et ses tortionnaires sont de pauvres victimes ça fait 50 ans que la propagande islamo-gauchiste vous le dit.

Repentez vous les francaouis, continuez à ramper devant vos nouveaux maîtres !

Normalement s’il y avait encore de vrais patriotes, cette fameuse stèle serait déjà en morceaux, quant aux ordures qui ont signé la pétition ! Eh bien

avec la collaboration d’Euro-Reconquista.

 

 

France-Algérie

 

Source : konigsberg.centerblog.net

 

Merci a Michel qui a transmis a FRANCE REVOLUTION

Publicités

French

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s