Coup de gueule : La Marine française lance un SOS

Mardi 28 août 2012

Le Chef d’Etat-major de la Marine n’hésite plus à tirer la sonnette d’alarme devant les députés. La Royale prend l’eau de partout. Son état de déliquescence concerne aussi bien les bâtiments de la Marine que ses aéronefs. Revue de détail.

 

En dépit de sa modernisation avec l’arrivée de grands programmes emblématiques (SNLE, frégates, missile balistique M51), la Marine française est au bord de la rupture capacitaire. C’est ce qu’a reconnu très sobrement devant les députés de la commission de la défense de l’Assemblée nationale le chef d’Etat-Major de la Marine, l’amiral Pierre-François Forissier. « Aujourd’hui nous avons des ruptures temporaires de capacité qui nous empêchent d’assurer la souveraineté de nos espace ultramarins en permanence », a-t-il expliqué. Et de préciser que la France ne pourra « plus, si nous ne réagissons pas, maintenir son statut de marine mondiale compte tenu des réductions budgétaires que la crise nous impose ».

Un sacré coup de gueule pour un chef d’Etat-Major de la Marine. Il faut dire que le taux d’utilisation déjà faible des bâtiments de la Royale va baisser « de 10 % » cette année « en raison des restrictions », soit « une activité de 90 jours par bateau », contre une centaine de jours par an. Dans le même temps, la marine marchande dispose de bateaux « dont la disponibilité avérée est supérieure à 300 jours par an ». « Les 80 jours d’indisponibilité supplémentaire par an que je prévois se situeront majoritairement durant les 275 jours où le bateau est à quai », a-t-il souligné. Du coup, l’un des sujets de discussions entre la Marine française et britannique, également très présente dans l’arc antillais, est « la coordination entre les patrouilles de nos frégates ».

Coopération en vue avec la Royal Navy

Car l’un des axes d’économies pour la France et la Grande-Bretagne – « nous avons le désir de travailler ensemble », a-t-il indiqué – est de développer des coopérations pour « faire en sorte que le coût global de l’ensemble soit plus conforme aux ressources dont nous disposerons ». Mais sans aucune diminution des missions de la Marine, a tenu à assurer l’amiral Forissier. « Nous savons que nous avons des doublons et qu’en conséquence, certaines mises en commun peuvent permettre d’éviter, au bénéfice de nos deux nations, la disparition de certaines activités, et donc de préserver l’influence de l’Europe dans le monde».

Quels sont les axes de coopérations possibles entre la Royale et la Royal Navy ? « En tant que fournisseur de moyens, je considère que des rapprochements sont inéluctables, ne serait-ce que sur le plan technique. Cela ouvre donc un champ possible de coopération, dont la mise en oeuvre dépend de décisions politiques. Quel est le degré de coopération que nous sommes prêts à envisager ? Il peut être symbolique ou très large ; nous appliquerons les directives de nos gouvernements respectifs. En tout cas, pour nous, ce n’est plus un sujet tabou », a fait savoir l’amiral Forissier.

Le Chef d’Etat-major de la Marine dégage plusieurs axes possibles. « La mutualisation est possible dans différents domaines. Le développement d’un programme futur permettant de nous doter d’un même équipement serait également une source de partages. Il est essentiel que, parallèlement, des rapprochements industriels se réalisent: ainsi, l’électronique sous-marine britannique est fournie par Thales UK tandis que la française est fournie par Thales France… », en particulier dans les sonars. Le groupe d’électronique travaille « de façon séparée au Royaume-Uni et en France, ce qui nous coûte très cher ». En revanche, il a botté en touche sur des discussions éventuelles entre la France et le Royaume-Uni sur la dissuasion nucléaire qui « ne relèvent pas de ma sphère de compétences.

Sur 30 Rafale, 10 sont interdits de vols !

Ce qui est vrai pour les bateaux l’est également pour la composante aérienne de la Marine, l’aéronavale. L’amiral Forissier nourrit de fortes inquiétudes sur la disponibilité des aéronefs (avions et hélicoptères) qui est « préoccupante ». « L’un de mes sujets majeurs de préoccupation est le retrait inéluctable du service opérationnel du Super Etendard en 2015 et la nécessité de disposer de 45 Rafale opérationnels à cette échéance ». La Marine en dispose de 30. Sauf que sur ces appareils déjà livrés, « dix sont au standard 1, c’est-à-dire interdits de vol ». « Nous veillons à ce qu’aucun retard ne soit pris », a-t-il assuré. Car le Super Etendard « connaît régulièrement des problèmes, dus notamment à la fatigue de sa structure ».

L’amiral Forissier point du doigt également des problèmes sur les avions de patrouille maritime en raison de leur taux de disponibilité. « Leur rétrofit va devenir urgent », a-t-il fait savoir. Et pour cause : « les trois appareils déployés en Afrique à l’occasion des événements récents au Mali représentaient 40 % du parc disponible. Nous remplissons les missions qui nous sont confiées mais difficilement ».

Inquiétudes également sur la transition entre les hélicoptères Super frelon et le NH90. « La jonction entre ces deux programmes n’a pas été possible, a-t-il regretté. J’ai pris la décision, contre certains avis, d’arrêter le Super Frelon avant qu’il n’accomplisse le vol de trop ». Pour assurer la jonction, la Marine a dû acheter « deux hélicoptères EC225, primitivement destinés à une compagnie pétrolière qui avait annulé sa commande en raison de la crise – ce qui nous a permis de les mettre très rapidement en service mais, s’agissant d’invendus, je trouve que nous les avons payés bien cher ».

Enfin, dernière préoccupation de la Marine avec le parc d’hélicoptères Lynx, « dont un très grand nombre sont indisponibles faute de pièces de rechange – parce que Westland ne les fabrique plus et qu’il faut les faire fabriquer ailleurs, ce qui coûte cher et prend du temps », selon le Chef d’Etat-Major de la Marine. Le problème va être résolu quand les Lynx auront été remplacés par les NH90.

Michel Cabirol

http://www.latribune.fr
via http://www.corlobe.tk

Publicités

French

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s