Electeurs de droite, ressaisissez-vous !

Tesson :

Le Point.fr – Publié le 03/06/2012 à 10:14 – Modifié le 03/06/2012 à 10:15

Pour Philippe Tesson, il reste incompréhensible qu’une fraction de Français idéologiquement hostiles à la gauche aient pu porter François Hollande au pouvoir.

Des partisans de Nicolas Sarkozy réunis entre les deux tours de la campagne présidentielle au Trocadéro, à Paris.

Des partisans de Nicolas Sarkozy réunis entre les deux tours de la campagne présidentielle au Trocadéro, à Paris. © Eric Feferberg / AFP

Il reste incompréhensible qu’une fraction de Français idéologiquement hostiles à la gauche, les uns franchement orientés à droite, les autres de sensibilité centriste, aient assuré, transgressant par là même leurs convictions, la victoire de François Hollande le 6 mai dernier, tout en se prononçant, parfois avec force, contre son programme et tout en doutant de sa capacité à résoudre les problèmes qui se posent à la France.

 

On veut parler ici principalement d’une partie de la droite chiraquienne et d’une partie des électeurs du MoDem. On sait que le ressort de leur motivation était dans la répugnance qu’exerce sur eux la personne de Nicolas Sarkozy. S’y ajoutaient certes, et on l’admet davantage, les réserves que provoqua chez eux dans les derniers temps de la campagne la radicalisation du président sortant sur les problèmes relatifs à l’immigration.

Comportement suicidaire

Mais l’on continue à s’étonner, le mot est faible, que, compte tenu de l’enjeu considérable que représente une élection présidentielle, ils n’aient pas passé outre leur prévention personnelle contre un homme dont sur l’essentiel ils étaient proches, et qu’ils aient apporté leur soutien au représentant d’une politique qu’ils condamnaient à l’avance. On ne peut oublier que François Bayrou, quelques jours après avoir prédit que l’élection de François Hollande serait une catastrophe pour la France, se prononça en sa faveur. C’est ce comportement suicidaire qui vient d’amener la gauche au pouvoir dans un pays majoritairement à droite.

Ces quelques centaines de milliers de voix transfuges qui sont à l’origine de cette ahurissante duperie obéissaient, si l’on comprend bien, à des causes culturelles et morales. Culturelles : les manières d’être de Sarkozy, ses façons de faire. N’y revenons pas : ce procès byzantin est étranger à la raison, il est à mettre au rang des délits de sale gueule. On ne supprime pas un homme parce qu’il ne vous plaît pas, la politique n’est pas affaire de sentiment. Morales : le risque de collision entre la droite et l’extrême droite, dont les valeurs divergent. C’est déjà plus sérieux, c’est un réel problème. Mais la meilleure façon de conjurer ce risque était-elle donc de jouer le jeu de la gauche, en provoquant par là même la crise à droite, cadeau inespéré à l’extrême droite ? C’est ce qui s’est produit.

Marine Le Pen au centre du jeu

Non seulement les dissidents du centre et de la droite qui ont voté Hollande ont assuré sa victoire, aux dépens de leurs propres intérêts idéologiques et politiques, mais ils ont renforcé Marine Le Pen, aux dépens de ces mêmes intérêts, faisant de celle-ci la maîtresse d’un jeu diabolique en lui offrant le piège dans lequel elle espère enfermer la droite lors des prochaines législatives.

L’apostrophe de Jean-François Kahn dans son dernier libelle, La catastrophe du 6 mai 2012, ne manque pas de saveur. Il s’interroge avec une candeur affligée : « Dans la nuit du 6 mai, on a fêté quoi exactement ? Demain, Marine Le Pen ? » Mais à qui la faute, cher Jean-François ? Cette catastrophe, elle était évitable. Si à la catastrophe que représente l’élection de François Hollande sur le plan économique, et que vous annonciez, s’ajoute la catastrophe qu’elle signifie sur le plan politique, et que vous découvrez, alors il fallait voter Sarkozy. Tant de lucidité et si peu de logique, c’est déconcertant !

On va voter ces deux prochains dimanches. Ce pourrait être l’occasion pour la droite de concilier la logique et la lucidité. L’occasion également d’éviter le piège qui la menace. Ses dirigeants, qui avaient mieux à faire depuis trois semaines que de se livrer à une compétition misérable, ont tenté tant bien que mal jusqu’à présent de sauver la face de la rectitude. Pas d’alliance avec le diable, promettent-ils. Soit. Le problème ne se poserait même pas si le « peuple de droite » se mobilisait en masse pour la défense de ses convictions et de ses intérêts. Mais le « peuple de droite » a-t-il seulement conscience de la catastrophe qui s’annonce ? Ne pourrait-il enfin rompre avec sa frivolité et son insouciance ?

Click here to find out more!

Par Philippe Tesson

  • Partager :

Commentaires (178)

La campagne de France

Tous les articles – La campagne de France

178 Commentaires

Ajouter un commentaire

patrut le 04/06/2012 à 10:21

Le meilleure preuve, c’est la cote de popularité de Fillon

Entièrement d’accord avec cet article. Malgré les commentaires désagréables, il est clair d’après les résultats du premier tour que pour être élu, François Hollande a eu besoin des voix, nombreuses, venant de droite. Que les électeurs de droite aient voté pour Hollande ou contre Sarkozy ne change rien au fait qu’ils n’ont pas voulu prendre le risque de revoir Sarkozy à la tête de l’état. En revanche, si l’on en croit les sondages de popularité, il est clair aussi que la politique menée par Fillon ne déplaisait pas, loin s’en faut.
L’anathème et les injures ont plu sur Sarkozy, mais la politique menée, au fond, était la meilleure possible (avec quelques nuances sûrement) compte tenu de la crise sans précédent qui s’est abattue sur l’Europe.
L’histoire nous dira si cette analyse est juste ou non, et dans tous les cas, la réalité du terrain ne tardera pas à se manifester à Hollande. Même si la gauche obtient la majorité à l’assemblée, cela se fera grâce au Front de gauche, et cette minorité révolutionnaire tonitruante, ne va pas faciliter la tâche de notre président « normal » plus enclin à concilier qu’à taper du poing sur la table.
Personnellement, une bonne cohabitation ne serait pas pour me déplaire…

dominica le 04/06/2012 à 10:15

J’avais voté Sarko

Mais j’ai voté Hollande, après avoir voté Bayrou ; et pourtant, je paye l’ISF. Mais je n’ai pas digéré les 200ME à Mme Bettencourt, direct 8 pour Bolloré non imposé sur sa plus-value, le renvoi d’ascendeur à Tapie, le doublement du déficit, les cadeaux fiscaux débiles (exonérations supplémentaires de droits de succession, qui ne favorise guère la redistribution) et j’en oublie.
Plus que le style décoiffant de Sarkozy, c’est vraiment ses mesures iniques et contre-productives que j’ai sanctionné, en choisissant Hollande en deuxième recours, le moins pire des deux à mon sens, et tout en regrettant que la droite n’ait pas su, une fois de plus, saisir sa chance en matière de réformes de fond (suppression des 35 heures, suppression des régimes spéciaux, réforme de l’Etat, diminution des déficits… ).
Elle se ridiculise maintenant en dénonçant certains travers de la gauche après cinq années assez calamiteuses.

Gaudin le 04/06/2012 à 09:56

Peut-on voter…

Peut-on voter pour une droite qui a fait une politique de gauche ? Gauche dans tous les sens du mot. Dans l’isoloir, après avoir conseillé de voter Sarkozy au second tour, j’ai ôté mon bulletin et je l’ai déchiré avant de glisser quelques morceaux dans l’enveloppe. Impossible de voter pour un homme qui a trahi ses promesses. Je me suis abstenu comme plusieurs millions de Français. G.

phillis le 04/06/2012 à 09:54

Difficile !

F. Hollande bénéficie d’un tel pouvoir sur les médias que la droite aura du mal. Ainsi personne n’a relevé son attitude « monsieur petites blagues » avec Poutine. Bien que n’ayant aucune sympathie pour le personnage j’ai été « surprise » de l’attitude de F. Hollande lors de la conférence de presse quand sous forme de « blagues » (il souriait à l’effet escompté)il a expliqué qu’il n’était en rien responsable de la venue des dirigeants Syriens avant son élection. Quand il s’agit de politique internationale il n’y a pas de personnalisation du pays ! On parle des Américains et pas de B. Obama pour telle ou telle décision ! Dire qu’il n’est pas engagé pour les décisions antérieures c’est remettre en cause sa propre fonction et le choix des urnes des Français. Pour la politique intérieure c’est différent…

chemou le 04/06/2012 à 09:18

Bulletins nuls

2 millions de bulletins nuls où vont-ils aller aux prochaines élections ? C’est loin d’être négligeable, avec l’élection de FH on apporte la présidentielle de 2017 sur un plateau à Le Pen, alors il faut choisir on le peut encore, l’homme normal est en fait un homme « banal » je suis tout à fait d’accord et arrogant en plus, mais il faut plus qu’un homme banal pour affronter la crise actuelle, qu’on arrête de se regarder le nombril, remboursons nos dettes avant de donner des leçons aux autres.

pragmatique2 le 04/06/2012 à 09:08

Très bien M. Tesson

Comme toujours une analyse fine et objective de la réalité du paysage politique. Oui l’élection de F. Hollande va être une catastrophe pour le pays mais il sera alors trop tard. Oui il faut que l’UMP gagne les législatives ou au moins que le PS ne soit pas majoritaire. Oui le meilleur des schémas c’est la cohabitation pour éviter à la France de faire des erreurs magistrales et déjà programmées. Tous les jours je suis offusqué par les décrets et en préparation et les interventions de membres du gouvernement. Cette France ne me plait pas du tout. C’est la gauche qui bafoue nos valeurs et non l’inverse.

la vigie le 04/06/2012 à 08:59

Comme vous avez raison M. Tesson

Et lorsqu’on voit la façon dont ce gouvernement a décidé de détourner les institutions en refusant à la représentation nationale son droit de voter les lois, son droit de contrôle, lorsqu’on voit la façon dont Hollande veut diriger la France en passant en force par le biais de décrets, comme en son temps Mitterrand passait en force avec le 49-3. Il y a bien danger. Accoyer s’exprime sur le sujet (sur l’autre grand site). Je pense que la façon dont veut procéder Hollande relève d’une forme de dictature. Français réveillez vous pour les législatives. Que ceux du centre et du FN qui ont voté blanc ou voté Hollande, permettant ainsi son élection, se rendent compte de ce qui nous menace et rectifient le tir pour les législatives. Nous ne pouvons pas permettre un tel déni de démocratie, ou alors il faut cesser de donner des leçons au monde entier !

namaste38 le 04/06/2012 à 08:38

@hcl14

« Amateurisme à plein nez, caricature, pain bénit pour les guignols », telles vous semblent les caractéristiques du nouveau gouvernement de la France. Mais tous ces qualificatifs s’appliquent mille fois mieux à l’ancien. Les caricaturistes, imitateurs, humoristes de tout poil n’ont jamais été aussi heureux à l’ère Sarkozy. D’où leur difficulté (pour l’instant) de trouver des angles d’attaque. Comme le dit avec l’humour et la distinction qui le caractérisent Stéphane Guillon, avec le gouvernement Hollande, « qu’est-ce qu’on va se faire ch… ! « .

Alain Tayrnauth le 04/06/2012 à 08:30

Electeurs de droite, regardez-vous dans la glace !

Manifestement, Philippe Tesson et les sarkozistes invétérés, c’est un pléonasme, n’ont toujours pas digéré la défaite qui leur reste comme un os en travers de la gorge. On frise le crime de lèse-majesté. Comment ? Ce peuple irresponsable a déchu l’homme providentiel qui nous a « protégés de la crise ». A entendre notre chroniqueur émérite et néanmoins fervent partisan jusqu’à l’aveuglement, seule la droite serait capable de gouverner la France, a fortiori cette droite libérale qui est en train de nécroser l’Europe entière et qui prépare à notre insu un fédéralisme aux forceps, autrement dit : une dictature technocratique. Dès lors, chers électeurs, en dépit d’une assemblée européenne élue, nous promet-on, au suffrage universel, vous n’aurez plus le droit à la parole et vous n’aurez plus que vos yeux pour pleurer. Dois-je vous rappelez ce que Nicolas Sarkozy a fait du vote des Français suite au non sur le traité de Lisbonne. Rien que pour cette offense à la démocratie, il ne méritait pas sa réélection.
Pour Philippe Tesson, il est impensable qu’une partie des électeurs de droite aient pu voter, même ponctuellement, à gauche. C’est renier la liberté de pensée et le principe même de la démocratie. Pour parler plus crument : il n’y a que les idiots qui ne changent pas d’avis. Et dans son intransigeance Philippe Tesson n’est pas loin d’être « l’idiot utile » de la droite dite décomplexée. Une droite de plus en plus sectaire qui est en passe de vendre son âme pour quelques sièges à l’assemblée ou pour garder le pouvoir qui leur reviendrait d’office, presque de droit divin.
Philippe Tesson a assez d’âge et d’expérience pour avoir connu une période où les communistes, que pourtant tout opposait, se rallièrent au général de Gaulle pour faire face à la menace nazie. Toute proportion gardée, une frange de la droite, majoritairement les gaullistes sociaux et des centristes, ont voulu donner un avertissement à Nicolas Sarkozy qui, le 6 mai, s’est transformé en une sanction implacable et c’est tout à leur honneur. Ce qui ne les empêchera pas pour les législatives de la semaine prochaine ou pour les élections à venir de revoter pour leur camp initial.
Par ce vote, ils ont voulu mettre un frein à cette déviance extrême droitière qui sévit, pas seulement en France, mais aussi dans toute l’Europe. Désormais le vert de gris est dans le fruit. On note une recrudescence des nationalismes et de la xénophobie. Attention danger ! Avec la crise économique, le même scénario qu’en 1929 est en train de se réécrire sous nos yeux. Les mêmes causes engendrant les mêmes effets, comme le stipule judicieusement l’économiste Philippe Dessertine, si l’on ne change pas de cap, ce remake nous conduira à des conflits, autrement dit à la guerre en Europe. Cette Europe que l’on a justement crée pour s’en prémunir. Cette Europe faite en dépit du bon sens, qui s’avère un fiasco de bout en bout !

Achille le 04/06/2012 à 08:22

Tesson et Mme Joissains

Tesson partage avec madame Joissains le sentiment que l’élection de Hollande est illégitime. Il estime que le peuple a mal voté. Faut-il alors dissoudre le peuple et le remplacer par un autre, plus docile aux exigences de la droite ?

Publicités

Une réflexion sur “Electeurs de droite, ressaisissez-vous !

French

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s