Les journalistes femmes de ministres s’expliquent

Michel Sapin et Valérie de Senneville

photo
ci-dessus

Valérie de Senneville et Michel Sapin, le jour de leur mariage en décembre 2011, en compagnie de François Hollande et Valérie Trierweiler ALAIN JOCARD

Si le « cas » Audrey Pulvar a concentré l’essentiel du débat lors de l’accession au gouvernement de son compagnon Arnaud Montebourg, c’est au tour de Valérie de Senneville et de Nathalie Bensahel, les épouses respectives de Michel Sapin et de Vincent Peillon de mettre les points sur les i.

Pour Audrey Pulvar, la situation est désormais limpide : elle ne présentera plus le 6-7 sur France Inter et ne fera plus d’interview politique dans l’émission de Laurent Ruquier, « On n’est pas couché », le samedi sur France 2. Pour Valérie de Senneville, responsable de la rubrique Justice au quotidien économique Les Échos, et Nathalie Bensahel, rédactrice en chef adjointe à l’hebdomadaire Le Nouvel Observateur, la situation en passe d’être clarifiée à son tour.

La première a envoyé jeudi matin un mail pour demander à être reçue par le comité d’indépendance éditoriale du journal afin que son avenir soit précisé. Plusieurs possibilités pourraient s’offrir à Valérie de Senneville, dont celle de changer de service ou, plus improbable, de mentionner son lien matrimonial dans les articles sensibles. Son époux, le nouveau ministre du Travail, souhaite la voir continuer à exercer sa profession. « Quand on a une femme qu’on aime on a envie qu’elle exerce le métier qu’elle aime en tout respect de la déontologie » a déclaré Michel Sapin jeudi matin sur la matinale de Canal+.

La seconde est également fixée sur son avenir. Nathalie Bensahel, que le ministre de l’Éducation nationale a épousé en secondes noces, ne travaillera plus que pour la rubrique « Modes de vie » au service « Notre époque ». Selon la rédaction du magazine, contactée par le site web du Figaro, elle n’interviendra plus sur les questions éducatives, et à fortiori sur les actualités politiques ou institutionnelles.

Quant à Valérie Trierweiler, journaliste à Paris Match et sur Direct 8, son avenir n’est pas encore clairement dessiné, même si la compagne de François Hollande a toujours fait part de son souhait de ne pas interrompre sa profession, tout en la déconnectant des questions politiques.

Lire aussi : Journalisme et politique : ces carrières qui basculent

Auteur : Direct Matin
Publicités

Une réflexion sur “Les journalistes femmes de ministres s’expliquent

  1. Excellent post. I was checking continuously this blog and I am inspired! Extremely helpful information specially the remaining part 🙂 I deal with such information much. I used to be looking for this certain information for a long time. Thanks and best of luck.

    J'aime

French

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s