Presse:

 

 Gare à la manipulation de l’info!

La Plume d’Aliocha – Blogueuse associée | Jeudi 15 Septembre 2011 à 12:01 | Lu 3811 foi

Le choix de l’illustration et de la titraille de la Une du Parisien du 12 septembre sur les mesures de Claude Guéant contre les délinquants Roms fait polémique. Encore un bel exemple de manipulation de l’info, juge Aliocha qui note que le problème vient peut-être de la façon dont les entreprises de presse cherchent à «vendre» le travail des journalistes…

(Une du Parisien, 12/09/11)

(Une du Parisien, 12/09/11)

Voilà quelques semaines que les questions de présentation des articles de presse mobilisent l’attention à juste titre. Ainsi, Arrêt sur Images a invité ses lecteurs cet été à inventer des Une du Figaro sur le modèle de la vraie Une du 19 juillet où l’on voyait le visage de François Hollande à côté de celui de Tristane Banon dans ce qui s’est révélé être un photomontage, accompagné de ce titre : « Affaire Banon-DSK » (surtitre) – « François Hollande va être entendu » (titre).

Presse: Gare à la manipulation de l'info!

Cette fois-ci, c’est Acrimed qui chahute le Parisien Aujourd’hui en France. Motif ? Le journal a titré en Une le 12 septembre : « Délinquance » (surtitre) – « Le plan de lutte contre les jeunes roumains » (titre). Celui-ci est inscrit à l’intérieur du cadre d’une photo qui représente une jeune femme sur un quai de métro dont on tente d’arracher le sac. Notez, je dis « une jeune femme » mais je ne vois pas son visage, ce pourrait être un garçon aux cheveux longs. Et quand j’ajoute « jeune », je m’avance beaucoup, il ne s’agit que d’une impression inspirée par la silhouette et les vêtements. D’ailleurs, lui arrache-t-on son sac ou bien est-elle en train de jouer avec un ou une amie ? Mais tenez, soudain j’y pense : et si c’était elle qui arrachait le sac ? Voyez comme l’esprit a tendance à interpréter ce qu’il voit et bien souvent à franchement extrapoler…pour peu qu’on l’y aide.

Dans un précédent billet, j’ai cité un extrait d’Albert Londres. Il visite au bagne de Cayenne l’Ile des lépreux. Et on l’emmène voir « le légendaire lépreux à la cagoule ». Voici comment le journaliste décrit la scène :
« Il ne nous restait qu’une maison à visiter.
Quelque chose, tête recouverte d’un voile blanc, mains retournées et posées sur les genoux, était sur le lit dans la position d’un homme assis
».
On lui a dit qu’il s’agissait d’un homme et que celui-ci était atteint de la lèpre. Or, tout ce qu’il voit en entrant, c’est « quelque chose dans la position d’un homme assis ». Et il décrit exactement ce qu’il voit. Remarquable leçon d’objectivité.
Mais revenons à notre titre et à notre photo. Ensemble, ils nous donnent le sentiment d’assister à une scène d’agression par un méchant jeune délinquant immigré roumain d’une gentille jeune fille française sur un quai de métro. La proximité de la voie fait même craindre que le vol ne débouche sur un tragique accident. Le tout dégage une sensation de violence et suscite la peur. Et voilà comment en l’espace d’un titre et d’une photo, on insinue sans en avoir l’air dans l’esprit du lecteur, avant même qu’il n’ait lu l’article, l’équation terrible : roumain = délinquant = danger = peur. Et la légende en rajoute : « Vols à l’arraché, trafics…la criminalité attribuée au mineurs roumains est en nette augmentation. En exclusivité, Claude Guéant nous dévoile les moyens qu’il compte mettre en place pour lutter contre cette délinquance ». Qu’un professionnel de l’illustration me corrige si je me trompe, mais il me semble que si cette photo correspondait à une scène réelle, elle aurait été légendée : « Scène d’agression dans le métro parisien à la station x, le y dernier ». Or là, on ignore la nature exacte de ce qu’on nous montre. Ce qui donne à penser qu’il ne s’agit pas d’une photo d’actualité à caractère informatif, mais d’une simple illustration.
La société des journalistes du Parisien s’est révoltée contre le titre et l’illustration, estimant qu’ils trahissaient le fond du dossier. J’emprunte à Renaud Revel l’extrait de la déclaration :
« La Société des journalistes du Parisien-Aujourd’hui en France tient à faire part de son indignation concernant la mise en scène du fait du jour de ce lundi matin relatif aux mesures du ministre de l’Intérieur Claude Guéant contre les délinquants Roms. Particulièrement choquants, le titre des pages 2-3 (« Immigration roumaine : les mesures contre la délinquance ») et celui de la Une (« Délinquance: le plan de lutte contre les jeunes roumains »). Le premier revient à assimiler de facto l’immigration en provenance de la Roumanie avec la délinquance. Le deuxième tend à considérer l’ensemble des « jeunes roumains » comme des délinquants. De tels amalgames sont inacceptables. Par ailleurs, la photo choisie pour la Une est une mise en scène qui n’a pas lieu d’être utilisée avec ce type de sujet. Ces choix d’illustration et de titraille mettent à mal le travail des journalistes qui ont participé à cet ensemble et qui, quant à lui, nous apparaît équilibré ».
Et voilà comment on manipule le lecteur…comment on lui vend les mesures politiques destinées à lutter contre tous ces immigrés-roumains-délinquants. Vous noterez au passage que les journalistes se sont révoltés ce qui illustre la différence, trop souvent ignorée par le public, entre leur travail et la manière dont celui-ci est « vendu » par l’entreprise qui les emploie.

Presse: Gare à la manipulation de l'info!

Retrouvez La Plume d’Aliocha sur son blog.

Publicités

French

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s