Sortir du nucléaire, et après ?

Variae – Blogueur associé | Mardi 15 Mars 2011 à 18:01 |Variae tente d’apaiser le débat sur le nucléaire : la France n’est pas soumise aux mêmes risques que le Japon et personne n’ignore les dangers de cet énergie. Il pose avant tout la question des conséquences d’une sortie soudaine du nucléaire.

(Flickr - YLegrand - cc)

(Flickr – YLegrand – cc)

Ça y est. On vous l’avait bien dit : le nucléaire, c’est dangereux, c’est terrible, ça ne pouvait que mal tourner. Enfin, on ne le disait pas forcément à haute voix, mais on le pensait très fort, et aujourd’hui le moment est venu de taper sur la table.

Paradoxale et inquiète satisfaction du Cassandre – plutôt vert, en l’occurrence – qui voit une catastrophe naturelle exceptionnelle lui donner raison finalement ; et plus d’un éditorialiste de nous ressortir, comme lors de l’éruption du volcan islandais, de lyriques considérations sur la démesure prométhéenne de l’homme qui avait cru dompter son environnement, et qui voit l’enchaînement séisme-tsunami-incident nucléaire venir le rappeler à sa médiocrité face à Dame Nature.
Est-il encore possible de débattre calmement et sérieusement de questions aussi importantes, sans chercher à tout prix à agiter les peurs ? Je ne nierai pas, comme certains, le droit à se saisir d’une catastrophe extérieure pour poser le débat en France : on peut tout à la fois partager la douleur des Japonais, vouloir leur venir en aide et s’interroger sur une filière nucléaire dont notre pays est un des principaux bénéficiaires et utilisateurs. Pour autant, la panique montante (et politiquement entretenue) quant aux centrales nucléaires dont l’Europe, et la France en particulier, sont bien pourvues, fait abstraction d’une donnée pourtant essentielle : si les incidents japonais focalisent tellement les attentions et les craintes, c’est bien en vertu de leur caractère extra-ordinaire. Les catastrophes de cette ampleur, et chacun peut s’en réjouir, sont en réalité plus l’exception que la règle : on a, sur quelques dizaines d’années d’exploitation, que quelques événements de ce type à citer, ceux auxquels la situation japonaise est régulièrement comparée (Three Mile Island et Tchernobyl). On nous rétorquera que c’est encore deux, ou trois, de trop ; sans aucun doute, mais dans tous ces cas, le problème n’est pas tant une dangerosité inexorable du nucléaire en tant que tel, que des causes extérieures clairement identifiables – erreurs humaines ou, pour le Japon, catastrophe naturelle d’une ampleur inégalée depuis un siècle.
C’est un point important et que l’honnêteté exige de reconnaître : hors conditions exceptionnelles, rien ne permet d’indiquer que les centrales japonaises auraient forcément connu ce destin. Probablement certaines centrales françaises sont-elles également exposées à des risques sismiques, mais la conjonction de malchance que connaît le Japon est peu probable sous nos latitudes. Cela ne veut pas dire qu’aucun risque n’existe, mais simplement qu’il y a une forme d’exagération voire de sophisme à tirer des conclusions universelles d’un cas très particulier. On pourrait même arguer que ces incidents, par-delà les conséquences dramatiques qu’ils vont avoir, font globalement progresser la sécurité des installations, parce qu’ils focalisent sur elles l’attention publique – et donc politique – et contraignent les spécialistes à renforcer les mesures de sécurité et à prendre en compte des risques peut-être minorés auparavant.

Sortir du nucléaire, et après ?

En réalité, la catastrophe japonaise – dont il restera à faire l’analyse – n’est pas transposable dans le contexte français sans les précautions intellectuelles signalées plus haut, et surtout ne nous apprend rien de nouveau. On a parfois le sentiment, en écoutant les écologistes, qu’il y aurait une sorte d’omerta et de mensonge d’État, en France, sur les dangers du nucléaire. C’est absolument faux : mis à part les acteurs de la filière industrielle (et encore), je ne crois pas qu’il y ait beaucoup de Français pour soutenir aveuglément le nucléaire et dans une bienheureuse insouciance. Peu de technologies sont mêmes ancrées dans la culture populaire comme aussi dangereuses et potentiellement fatales (combien de films sur la fin du monde sous les bombes atomiques ?) ; par comparaison, je pense l’opinion beaucoup moins sensibilisée aux incertitudes sur le téléphone portable et les ondes, par exemple. Je ne connais pas de fanas de l’irradiation ou d’excités du compteur Geiger ; il y a me semble-t-il un certain consensus pour considérer qu’il s’agit là d’une technologie hautement problématique, mais moins systématiquement polluante que d’autres et donc défendable par défaut et en attendant mieux, dans un calcul de risques et d’opportunités.
La dramatisation recherchée par certains via la demande urgente d’un « référendum » rate le coche : tout le monde est d’accord sur l’objectif d’un monde sans pollution ni radiations ; la véritable question est celle du comment, du quand et du combien, questions auxquelles la proposition d’un vote pour/contre ne répond malheureusement pas. Je remarque que même sur un site aussi pointu que celui de l’association Sortir du nucléaire, ces points ne sont pas d’une limpidité absolue.
Difficile donc de ne pas soupçonner quelques arrière-pensées électoralistes chez des partis qui avaient ces dernières semaines un peu de mal à surnager, dans un débat national trusté par les questions identitaires et par le vote utile anti-Le Pen, et qui trouvent là une occasion (dont ils se seraient probablement bien passés) de refaire parler d’eux et de donner de la voix. Puisque l’on nous propose de sortir brutalement du nucléaire, que l’on nous explique également les conséquences concrètes en termes de coût, de croissance, de restrictions énergétiques immédiates, de réorientations industrielles et économiques. Ça tombe bien ; un grand référendum général, où l’on pourra débattre de ce sujet et de beaucoup d’autres, arrive à l’horizon : celui de l’élection présidentielle. Que les uns et les autres développent des projets énergétiques alternatifs exhaustifs, et les citoyens pourront comparer, et choisir, sur pièce.
Plus d’articles de Variae sur son blog.

MOT-CLÉS : atome, nucléaire

Publicités

2 réflexions sur “Sortir du nucléaire, et après ?

  1. Putain!!
    T’es complètement gogol, toi, non?
    Tout ce qui est Sarko, c’est du « tout bon », tout ce qui est « Flamby » c’est de la merde…
    Respire un grand coup et va te coucher!!!!

    J'aime

French

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s